Mode - Découvertes

Les foulards arty et made in France de Shandor

19 septembre 2017

La jeune et jolie marque Shandor propose tout une gamme de carrés de soie et de headbands à nouer autour de son cou, dans ses cheveux et même sur l’anse de son it-bag préféré. De quoi ravir les modeuses dans l’âme qui n’attendaient que ses jolies couleurs et ses motifs arty pour succomber au charme intemporel du foulard.

Shandor, entre héritage et savoir-faire

Camille Fosse, auparavant enseignante de techniques artistiques à l’université, lance Shandor en 2015. Ce nom si particulier, mélodieux et enveloppant, c’est celui de son grand-père maternel, d’origine hongroise, qui signifie « courage » et « force ». Un choix plein de sens pour la jeune créatrice, qui a eu l’idée de se lancer dans le textile en observant sa maman, alors atteinte d’un cancer du sein, nouer chaque jour un foulard autour de sa tête. Cette « petite marque au grand cœur », comme aime l’appeler sa créatrice, a d’ailleurs imaginé une gamme nommée Head Covers pour habiller les têtes des femmes dont la chevelure a été fragilisée suite à un traitement ou une maladie.

Les carrés Shandor sont imaginés par une équipe de jeunes designers qui crée des motifs dans l’air du temps, graphiques, frais et colorés. Chaque pièce est fabriquée avec beaucoup de soin et en toute petite quantité, le tout bien évidemment made in France pour privilégier la confection locale et promouvoir le savoir-faire bleu blanc rouge. Autre domaine important pour Camille, l’écologie : la soie sur laquelle les foulards sont imprimés est un éco-textile, biodégradable et renouvelable, et l’encre utilisée pour imprimer les motifs est fabriquée à base d’eau.

Nightfall, une collection sous le signe du 7e art

Pour imaginer les motifs résolument contemporains de Shandor, Camille et son équipe puisent leur inspiration dans l’art, l’architecture et le cinéma.

Nightfall, la première collection capsule de la marque, propose de découvrir Miami et Berlin à la tombée de la nuit, avec leurs lignes et leurs lumières à la fois élégantes et mystérieuses. Miami on my way, le premier chapitre de la capsule, s’inspire de l’architecture détonante du célèbre quartier MiMo de Miami, tandis qu’Un couple face au mur, deuxième variation du thème, reprend les décors berlinois du film Possession de Zulawski.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *