Beauté - Ask the Doctor

Le pain de savon, la tendance beauté qui glisse toute seule

21 février 2018

Mort, le pain de savon ? Que nenni ! Après avoir disparu quelques temps des salles de bains, il fait à nouveau parler de lui dans les tendances beauté.

La savonnette, de has-been à indispensable

Longtemps considérées comme des nids à bactéries totalement démodées, les traditionnelle savonnettes prennent enfin leur revanche et s’offrent un retour plus que remarqué dans les rayons beauté des magasins les plus chics. En plus des classiques savons de Marseille et d’Alep (attention aux contrefaçons, de plus en plus répandues), on trouve désormais des savons qui tiennent plus du produit de luxe que du simple pain de nettoyage. Emballés dans de jolis papiers colorés et parfumés à cœur, ils font de jolis cadeaux pour gâter ses proches comme sa petite personne.

Afin d’éviter que sa précieuse savonnette fonde et se ramollisse trop vite, on la fait sécher à l’air libre et on la conserve au sec, sur un porte-savon prévu à cet effet. Pour la transporter dans sa trousse de toilette, on la range dans une boîte en fer ou on l’emballe dans du papier journal.

Le pain de savon pour nettoyer son visage

Si le pain de savon est un grand classique de la toilette du corps, il est désormais courant de le retrouver sur le rebord du lavabo, stratégiquement placé entre les bouteilles d’huile démaquillante et de lotion tonique, prêt à débarrasser le visage de ses impuretés. En effet, les savons formulés spécifiquement pour la frimousse sont de plus en plus nombreux et ils n’ont rien à envier à leurs petits camarades les mousses et les gels nettoyants. Plus écologiques et économiques, ils prennent soin de l’épiderme sans l’agresser grâce à leur formule sans tensioactifs ni conservateurs irritants.

Si on veut utiliser le même produit pour le visage et pour le corps, on choisit un pain dermatologique sans savon (aussi appelé « syndet ») ou une savonnette artisanale riche en huiles et en beurres végétaux. L’important, c’est que son pH soit proche de celui de la peau (environ 5,5) afin de ne pas agresser le film hydrolipidique et de maintenir sa fonction de barrière protectrice. Les marques ne communiquant que très peu sur le pH de leurs produits, on peut utiliser des bandelettes spécifiques, disponibles dans certains magasins comme Arma-Zone, pour mesurer le taux d’acidité de ses cosmétiques depuis sa salle de bains.

Illustration : Célia Pigner

1 commentaire

    Génial! Je cherchais justement un nouveau nettoyant visage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *