Beauté - Ask the Doctor

Quelle méthode d’épilation choisir pour une peau toute douce ?

8 septembre 2017

Quelle méthode d’épilation choisir pour une peau toute douce ?

Se débarrasser de ses poils plus ou moins disgracieux n’est pas toujours chose simple mais, heureusement pour les accros de la netteté, de nombreuses méthodes d’épilation existent pour se faire la gambette ou l’aisselle bien lisse en deux temps trois mouvements.

Rasoir, cire, épilateur électrique, laser… Il y a l’embarras du choix selon ses attentes, son budget et son degré de résistance à la douleur. Voici quelques conseils pour bien choisir sa méthode d’épilation et obtenir un résultat au poil.

Les méthodes d’épilation temporaires

Le rasoir

Le bon vieux rasoir allie simplicité d’utilisation et gain de temps. Souvent utilisé sous la douche avec un peu de crème à raser, il est indolore (à condition de ne pas se couper), offre un résultat bien net et dépanne en toutes circonstances. Mais qui dit rasage dit repousse du poil rapide, car les lames décapitent le poil au ras de la peau et n’agissent en aucun cas sur la racine.

Si cette méthode d’épilation est bien pratique, elle est souvent décriée car elle favoriserait l’apparition de poils incarnés. En effet, le poil, coupé à contresens, est dévié de sa trajectoire. Il y a donc un risque qu’il pousse dans une mauvaise direction et finisse par entrainer l’apparition de petits boutons disgracieux.

La crème dépilatoire

Facile d’utilisation, la crème dépilatoire s’applique sur la peau en couche épaisse, comme un masque, et se retire au bout de quelques minutes (temps indiqué sur le packaging) à l’aide d’une spatule ou d’un gant de toilette. Grâce à des agents chimiques spécifiques, elle dissout la base du poil, ce qui permet ensuite de le retirer très facilement. Comme le rasoir, la crème dépilatoire agit à la surface de l’épiderme, c’est donc une soliton anti-poils à court terme.

Si elle est très efficace, cette technique peut ne pas convenir aux peaux sensibles, qu’elle risquerait d’irriter. Il est donc important de tester le produit sur une petite zone de peau avant de l’appliquer sur ses aisselles ou son maillot afin de prévenir les risques d’allergie.

La cire

Fabriquée à partir de cire d’abeille, d’huiles végétales et de résines naturelles, la cire s’utilise froide ou chaude, avec ou sans bandes dépilatoires. C’est l’une des méthodes d’épilation les plus efficaces mais également l’une des plus douloureuses. Bien utilisée, la cire arrache le bulbe du poil et ralentit donc sa pousse (environ trois semaines).

On peut retrouver l’épilation à la cire en institut mais il est également possible de s’épiler chez soi, avec un produit acheté en grande surface. Pour les férues du home made, on peut même la fabriquer soi-même avec une recette à base de sucre, de miel, d’eau et de citron. Attention tout de même à ne pas se brûler avec sa potion maison…

Bon à savoir : la cire chaude est déconseillée aux femmes ayant des problèmes de varices ou de circulation sanguine

L’épilateur électrique

Comme la cire, l’épilateur électrique extrait le bulbe pileux et donc garantit une repousse lente des poils. Il est très simple d’utilisation et permet d’attraper les poils les plus courts. Toutefois, cette technique d’épilation demande une certaine concentration car l’épilateur peut parfois casser le poil. Pour un résultat bien net, il faut donc prendre son temps et faire attention à bien positionner l’appareil de façon perpendiculaire à la peau.

Réputé pour être douloureux, l’inconfort dû à l’épilateur électrique s’atténue au fur et à mesure des utilisations. Certaines marques se servent d’ailleurs du froid ou de l’eau afin d’essayer de diminuer la douleur pendant l’épilation. Attention tout de même aux zones sensibles : même s’il existe des têtes spéciales pour le maillot ou les aisselles, la douleur risque d’en refroidir plus d’une.

Les méthodes d’épilation « définitives »

La lumière pulsée

Cette méthode d’épilation totalement indolore peut être réalisée en institut de beauté mais aussi chez soi, grâce à un épilateur spécifique. La machine, équipée d’une ampoule d’une durée de vie plus ou moins longue, envoie un flash de lumière qui va parcourir le poil jusqu’au follicule. La chaleur issue de ce flash va détruire la racine du poil, le faisant tomber et l’empêchant de repousser par la suite. La lumière pulsée visant la mélanine, cette technique est la plus efficace sur les peaux claires aux poils foncés et est déconseillée aux peaux mates et foncées, que la lampe risquerait de brûler.

Si les résultats sont bons (environ 80% des poils sont éliminés), ils ne sont pas totalement définitifs et de nouvelles séances seront nécessaires tous les deux ou trois ans pour garder une peau bien lisse. Il faut compter 80€ pour l’épilateur le moins cher, et entre 50 et 170€ pour une séance de lumière pulsée en institut, selon les zones à épiler.

Le laser

Comme la lumière pulsée, le laser va détruire le poil à la racine, la douleur en plus. Pour éviter que le traitement ne se transforme en séance de torture, certains professionnels prescrivent une crème anesthésiante à appliquer sur la zone à épiler une demie-heure avant le rendez-vous. N’étant pas sans danger pour l’épiderme, cette technique ne peut être réalisée que chez un médecin formé à l’utilisation du laser.

Le résultat final dépend de l’âge de la personne et de la pilosité de la zone à traiter. En effet, les changements hormonaux qui s’opèrent en vieillissant peuvent avoir des conséquences sur la pilosité et du coup détériorer les résultats de l’épilation. De nouvelles séances devront donc être réalisées après chaque bouleversement hormonal, comme une grossesse ou la ménopause, pour que les poils ne repoussent pas. Si cette méthode est la plus radicale, c’est aussi la plus onéreuse : il faut compter entre 60 à 200€ la séance selon la zone.

Illustration : Célia Pigner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *