Mode - Rencontres

Guillemette Ménard, créatrice qui célèbre « les jolis moments de vie »

6 décembre 2017

Fondée il y a quelques années par la douce Angevine Guillemette Ménard, la jeune marque Maison Guillemette souffle un vent de romantisme sur l’univers des accessoires et du prêt-à-porter. Après cinq années en école de commerce, à l’ESSCA d’Angers, où elle se spécialise en Achats et logistique du textile et de l’habillement, la créatrice en herbe rentre chez Chanel et rejoint l’équipe dédiée au prêt-à-porter avant de s’occuper de la petite maroquinerie : « Au départ, je voulais être acheteuse en prêt-à-porter, c’est ce que j’ai commencé à apprendre chez Chanel, mais mon côté créatif a fini par prendre le dessus. »

En parallèle de son travail, Guillemette imagine et crée des bijoux pour sa famille et ses amies. Le succès est tel qu’elle décide de lancer une première marque, baptisée Noeud me quitte pas, en référence aux petits nœuds qui ornaient chacune de ses pièces : « Au départ, j’ai créé cette marque pour m’amuser, et puis je me suis rendue compte que je vendais de plus en plus de bijoux. Ca m’a rappelé à quel point j’aimais ce travail de création, et que ça me manquait au quotidien. J’ai lancé Maison Guillemette au printemps 2014, avec l’intention de m’y investir totalement. Pauline, mon associée, m’a rejoint quelques mois plus tard. »

Les premiers temps, la jeune maison propose toute une collection d’accessoires mode, bracelets, headbands et turbans pour embellir les tenues des modeuses les plus pointues. La demande étant très forte, elle imagine aussi une ligne de peignes, de barrettes et de couronnes pour les futures mariées et leurs demoiselles d’honneur.

Fin 2016, pour répondre aux désirs de ses clientes, Maison Guillemette lance sa première création de prêt-à-porter, un top noir dos nu qui met en valeur une très belle broche en cristal Swarovski : « L’idée derrière ce petit haut était de proposer une pièce transformable pour toutes les occasions, de la plus décontractée à la plus chic. La femme peut le porter de différentes manières car les épaulettes en dentelle de Calais sont amovibles, tout comme la broche. » Ce premier essai est rapidement suivi de nouvelles pièces, petits tops et jolies robes, tout aussi séduisantes : « En créant ce premier modèle, je me suis rendue compte que je voulais vraiment accompagner ma cliente au quotidien et lui proposer des looks complets, du headband jusqu’à la blouse en passant par la manchette. Chacun de mes modèles de prêt-à-porter est d’ailleurs imaginé comme une réponse à un de mes bijoux ou accessoires de tête. »

La jeune créatrice met un point d’honneur à imaginer des collections élégantes, dans l’air du temps et aux détails pointus : « J’imagine ma cliente comme une jeune femme moderne et assumée. Je ne revendique aucune extravagance, je crée juste des pièces qui vieilliront bien, féminines et raffinées. » Ce raffinement, c’est dans l’univers de la danse que Guillemette va le chercher, passion qui fait battre le cœur la jeune créatrice depuis sa plus tendre enfance : « Il y a pas mal d’éléments qui font écho à la danse dans les collections qu’on imagine à l’atelier, comme l’utilisation de rubans de satin et de tulle, ou encore la création d’accessoires pour cheveux. C’est un univers qui me suit depuis toute petite ». Les bijoux comme le prêt-à-porter sont inspirés par une discipline où mode rime avec confort : « L’idée est de se sentir bien dans son look tout en étant libre de ses mouvements. J’aime danser, donc ça me tient particulièrement à cœur ».

En plus de son showroom parisien, Maison Guillemette peut se vanter d’une adresse new-yorkaise. Pauline, l’associée de la créatrice, est devenue l’ambassadrice de la marque dans la ville qui ne dort jamais : « Nous avons travaillé ensemble pendant plus d’un an à Paris, avec beaucoup d’enthousiasme et de complicité. Quand Pauline est partie s’installer aux Etats-Unis, on s’est dit que c’était l’occasion de développer le projet de ce côté de l’Atlantique. Notre univers assez français, dans le raffinement du petit détail, et l’histoire qu’on a à raconter plaisent beaucoup. »

Chacune des pièces est imaginée puis réalisée en France : « Pour le prêt-à-porter, j’imagine les collections puis Nelly, la modéliste, met en place l’architecture du vêtement. C’est elle qui permet à mes idées de prendre forme et d’être ensuite réalisées par notre atelier. En revanche, pour les bijoux, c’est moi qui m’occupe des prototypes et je montre moi-même aux couturières ce que j’attends. Elles ont chacune une spécialité et ne travaillent que sur une ligne de produits, fleurs ou pierres. »

A l’image de nombreuses jeunes marques de talent, Maison Guillemette a déjà plusieurs collaborations de taille derrière elle, comme avec Boucheron, les cachemires Hircus ou encore les robes de mariée Donatelle Godart : « On a particulièrement aimé collaborer avec Donatelle mais également avec la Maison Boucheron, pour qui nous avons imaginé des boutonnières, broches et turbans ornés d’une plume de paon pour le lancement d’une collection de haute joaillerie sur le thème du Bleu de Johdpur. On a eu la chance de travailler avec des jolies maisons, ce qui nous a permis de développer et de faire mûrir la marque ». L’année prochaine, en attendant d’imaginer de petites merveilles pour l’Opéra Garnier ou la marque Repetto, rencontres dont elle rêve en secret, ce sera avec Guerlain que la jeune créatrice aura l’honneur de collaborer : « A l’occasion de la sortie annuelle du parfum Le Muguet, au mois de mai, le flacon sera orné d’une délicate couronne de fleurs Maison Guillemette ».

Dans l’avenir, Guillemette se voit ouvrir une vraie boutique à Paris, présenter d’autres types de créations, toujours dans l’idée de proposer des tenues complètes, et agrandir son équipe de choc. Mais ce qui lui tient particulièrement à cœur est autre part : « J’espère que ma marque deviendra une évidence pour les femmes en quête de vêtements et d’accessoires qui les mettent en valeur avec élégance ». Ce qui anime Guillemette, ce sont les petits et les grands bonheurs de la vie auxquels elle a, d’une certaine façon, l’impression de participer : « Ma marque accompagne les jolis moments de la vie. Elle parle aux futures mariées comme aux femmes qui ont envie de se faire belles, pour un homme comme pour elles-mêmes.  »

 

  • Maison Guillemette, 4 rue Pastourelle 75003 Paris (boutique éphémère jusqu’au 3 janvier 2018). Showroom au 41 rue de Richelieu 75001 Paris, sur rendez-vous sauf le mercredi.
  • E-shop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *