Mode - Rencontres

Camille Enrico, créatrice de bijoux brodés au point de croix

3 octobre 2017

Pour Camille Enrico, jolie Parisienne de 32 ans, l’envie de monter sa propre marque de bijoux est apparue comme une évidence. Manuelle et passionnée, elle confectionne ses propres petites parures depuis sa plus tendre enfance. Après un bachelor en stylisme-modélisme à L’Institut Supérieur des Arts Appliqués, puis un master de développement des produits de la mode et de l’habillement à l’Ecole Supérieure des Industries du Vêtement, la créatrice en herbe débute son expérience dans le monde du prêt-à-porter, chez la griffe chic et urbaine Tara Jarmon. Rentrée en tant qu’acheteuse, Camille évolue au sein de la marque comme styliste pendant six belles années.

À l’issue de cette expérience riche en apprentissage, sur un coup de tête, elle s’envole vers l’Asie et l’Amérique Latine pendant un an : « J’étais arrivée à un moment dans ma vie où j’avais besoin de prendre l’air, de voir ce qui se passait ailleurs ». Une fois rentrée, elle décide de se concentrer entièrement à son premier amour, la création de bijoux, et lance sa marque éponyme.

À l’image du logo de sa marque, une croix camarguaise, symbole du voyage, de la spiritualité et de l’amour, Camille voit sa ligne de bijoux comme « une inspiration d’ailleurs ». Mêlant un style urbain et mode très pointu, ses créations en laiton doré s’habillent de broderies colorées, en souvenir de ses différentes expéditions : « En Thaïlande, Birmanie ou encore en Bolivie, je suis tombée amoureuse des tissus traditionnels brodés au point de croix que les autochtones utilisent pour se vêtir ou transporter leurs petits trésors. J’en ai pris plein les yeux et, à mon retour à Paris, j’ai eu envie de transmettre ce savoir-faire à travers mes bijoux. »

Chacune des collections signées Camille Enrico est inspirée d’un pays, d’un voyage, d’une rencontre : « J’aimerai pouvoir voyager plus, c’est toujours frustrant de ne pouvoir partir que deux semaines par an ! Mon rêve serait de visiter le monde entier pour pouvoir y puiser l’inspiration nécessaire à la création de nouvelles pièces et collections. Je pars découvrir la Patagonie au mois de novembre et j’irai probablement au Sénégal début 2018. »

Camille dessine toutes ses pièces dans son atelier parisien. Elles sont ensuite réalisées par un fabricant spécialisé dans le travail du métal, puis dorées à l’or 24 carats chez un second artisan. Les bijoux sont par la suite brodés à la main, avec la technique du point de croix, à l’atelier ou par des brodeuses indépendantes. En plus de ces petites mains de talent, la jeune femme travaille au quotidien avec sa cousine Marie, ancienne étudiante aux Beaux-Arts, qui l’aide dans tous les domaines, principalement sur la production et la fabrication des différents modèles : « Petites filles nous avions déjà l’habitude de faire du point de croix ensemble. C’est un vrai travail d’équipe ! »

Attentive aux envies de ses clientes, la jolie créatrice a tout prévu pour les accompagner au jour le jour. En effet, il est possible de personnaliser sa broderie en choisissant la couleur du fil de coton, ou de la faire remplacer sur demande à la boutique-atelier : « La cliente peut repartir avec son bijou personnalisé ou revenir le chercher le lendemain en fonction de la complexité de la broderie. Si la broderie est abîmée, elle pourra venir la faire remplacer en boutique ». Camille Enrico propose également une collection mariage 100% personnalisable pour permettre à la mariée et à ses témoins de trouver le bijou idéal pour le jour J.

Dans un esprit de rencontre et de partage qui colle à la marque, la jeune femme a déjà plusieurs collaborations derrière elle, comme une collection capsule avec la marque de prêt-à-porter Caroll, en 2016, ou une collab’ avec Big Aristote, une marque de chapeaux haut de gamme pour laquelle elle a réalisé des plaques en métal brodées, placées sur le gallon en tissu. En véritable touche à tout, Camille aimerait beaucoup développer ces partenariats avec d’autres marques, surtout si elles lui permettent de travailler sur des pièces encore inconnues comme les chaussures ou la maroquinerie.

Dans l’avenir, Camille Enrico se voit ouvrir un deuxième point de vente à Paris et aimerait que sa marque s’exporte à l’international. En attendant, elle compte bien continuer de voyager et d’élargir son champ de vision pour créer toujours plus de nouveautés : « Je travaille actuellement sur une collection pour l’été prochain, inspirée par le Mexique. J’aimerais faire un petit clin d’oeil à l’artiste Frida Kahlo en proposant des bijoux de sourcils ou encore des porte-bonheurs mexicains revisités en jolies médailles ». Les projets ne manquent pas pour cette créatrice de talent, et c’est tant mieux, parce qu’on en redemande.

 

  • Bijoux brodés Camille Enrico, à partir de 80€.
  • 3 Impasse Gomboust 75001 Paris
  • E-shop
Photo portrait © Julien Soulier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *