Beauté - Ask the Doctor

Comment maquiller
un vilain bouton ?

7 mars 2017

Ah l’acné… Qu’on ait un bouton tous les 36 du mois ou qu’on en souffre depuis l’adolescence, elle fait des ravages sur la confiance en soi. Afin de pouvoir sortir dans la rue sans se sentir obligée de cacher son visage dans un col roulé, on adopte les techniques des pro pour feindre un teint parfait en deux coups de pinceau.

Kyste enflammé, pustule purulente, croûte de bouton tripoté… Voici quelques conseils pour maquiller tous les types de boutons et ne plus y penser jusqu’à la toilette du soir.

Maquiller un bouton enflammé

Pour camoufler un bouton en pleine croissance ou déjà arrivé à maturité, il faut respecter trois étapes essentielles : la préparation de la peau, la correction de la rougeur et la fixation du maquillage.

Afin que le correcteur tienne toute la journée, on applique une base de teint anti-imperfections sur les zones touchées par l’irruption d’un ou de plusieurs boutons. Ce type de produit entre le soin et le maquillage va traiter les imperfections et faire en sorte qu’elles déguerpissent rapidement et sans laisser de trace.

Après avoir préparé sa peau, on dissimule la rougeur du bouton avec un correcteur de couleur verte. Le vert, situé à l’opposé du rouge sur le cercle chromatique, permet d’annuler la teinte rougeâtre de l’inflammation et de la rendre ainsi plus facile à camoufler. Evidemment, on ne reste pas avec des taches vertes sur le visage et on applique sa BB crème ou son fond de teint chouchou par dessus afin de retrouver un teint homogène. Si le bouton est encore trop visible à son goût, on tapote un anti-cernes de la même couleur que sa peau pour obtenir une couvrance totale.

Maintenant que l’intrus a presque disparu de son joli minois, on fixe ses petites corrections à l’aide d’une poudre libre ou compacte. Selon son type de peau, on peut poudrer tout le visage, en insistant sur la zone T, ou uniquement les zones où du correcteur a été appliqué.

Dissimuler une croûte de bouton charcuté

Si on n’a pas pu s’empêcher de tripoter son troisième œil, il y a de fortes chances qu’une croûte très esthétique se soit formée à sa place. Du point de vue du maquilleur pro, cette croûte est particulièrement compliquée à camoufler car elle allie couleur foncée et texture craquelée.

Pour dissimuler son bouton charcuté sans risquer d’attirer encore plus l’attention sur lui, on opte pour des textures très fluides qui ne vont pas surcharger la peau ni marquer l’épiderme abîmé. Pour fixer son travail de correction du teint, on troque sa poudre libre habituelle contre un spray fixateur de maquillage, qui va faire tenir les différents produits toute la journée sans faire ressortir la croûte.

Illustration : Célia Pigner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *